La parabole du Bon Pasteur (Jean 10, 1-18)
« Pour que les hommes aient la vie et qu’ils l’aient en abondance »

La vie : une histoire à mener en commun.

Comment entendre cette extraordinaire promesse de vie ?
Jésus ne parle pas, ici, de guérir les vies blessées ni de rendre la vie terrestre à qui la perd. Il ne parle pas de réussite de la vie ni de mieux-vivre. Il dit simplement : « pour que les vivants aient la vie » !
Lorsqu’Il parle ainsi de vie, il s’agit de la vie divine, de la vie trinitaire. Nous n’avons pas à attendre d’avoir la vie par l’entrée, à l’heure de notre mort, dans la maison du Père. Nous avons à nous laisser investir, jour après jour, par cette vie dont l’autre nom est « l’amour » car la « vie » dont parle Jésus est l’Amour qui fait vivre et qui change les cœurs.
La parabole nous parle de cette vie menée en communion avec le Père et avec des frères et des sœurs, ici et maintenant.

Dans cette histoire à mener ensemble, il y a un Bon Pasteur : Jésus. Et ce Bon Pasteur a prévu pour nous une bergerie qui a nom : église, communauté, peuple de Dieu.

L’image de la bergerie est bien connue. Une bergerie comporte un enclos pour parquer les brebis, un muret de protection, des portes d’accès. « Si quelqu’un entre en passant par moi, il sera sauvé ; il pourra aller et venir, et il trouvera un pâturage » (v.9)
Dans l’enclos de la bergerie, il y a de l’espace : celui qui y entre peut aller et venir : c’est la liberté : « une liberté sécurisée » ! Il y a de la nourriture : un bon pâturage et pas seulement « des fourrages conditionnés » De cette bergerie, Jésus est la porte (v.9).
Et, dans la bergerie, il est le Pasteur. Il veille sur les brebis et ne prend pas la fuite quand survient le danger. Il connaît ses brebis : il les connaît par leur nom. Il soigne celle qui est malade; il les aime, car connaître, c’est aimer. Il se soucie des brebis égarées et des brebis étrangères. Son plus ardent désir : « J’ai encore d’autres brebis qui ne sont pas de cette bergerie : celles-là aussi il faut que je les conduise. Elles écouteront ma voix : il y aura un seul troupeau et un seul pasteur. » ( v.16)
Jésus est le seul Pasteur mais Il associe déjà ses disciples à sa mission « pastorale ». Puis, au moment de son départ, après la résurrection, il dira à Pierre : « sois le berger de mes brebis » ( Jn 21, 17 )

À nous, fidèles du Christ, est confiée « la charge de la vie », une vie humaine à ouverture sur l’éternité, une vie humaine investie par la vie divine lorsque les baptisés ouvrent les portes de leur cœur à Celui qui est la Tête du Corps mystique, le Premier Né d’entre les morts : Jésus.
Plusieurs objectifs nous sont désignés par la parabole : + renouveler notre confiance en Jésus, notre Bon Pasteur… Parce qu’il y a eu beaucoup d’abandons, parce qu’il y a une apparente infécondité de nos transmissions de la Parole et de nos démarches missionnaires, nous avons besoin de nous laisser renouveler par l’Esprit Saint, dans une confiance sans réserve à Jésus Christ.
Nous avons besoin de faire confiance à la Parole de Dieu transmise par l’Eglise ; la Parole de Dieu est le socle de notre foi. Nous avons besoin de faire confiance à la Providence. Tout est entre les mains du Père. L’Esprit Saint ne dort pas. Jésus est avec nous.
+ faire de nos communautés des lieux protégés , des lieux de liberté, des lieux de vie et nous soucier des brebis d’ailleurs.

Des lieux protégés, ce qui ne veut pas dire des lieux fermés, barricadés, mais bien des lieux où nous trouverons protection pour notre foi et nos fidélités. Il faudrait être bien « angéliques » pour croire que nous n’avons besoin ni d‘abris, ni d’oasis dans la situation qui est la nôtre. La vie de la foi, la vie dans la foi est menacée.

Des lieux de liberté: la bergerie n’est pas une « cité interdite ».
A l’intérieur, il est possible d’aller et de venir. La vie n’est pas sous le signe de l’uniformité ni sous celui de la marche croyante sous le signe d’un défilé strictement encadré. Des lieux de vie notamment grâce au partage et au soutien
mutuel. Il faut aussi nous soucier des brebis d’ailleurs. Nous ne nous contentons pas d’un entre-nous réconfortant. Nous ne cherchons pas à être des brebis formatées ou clonées, nous aménageons la bergerie pour que « les  brebis d’ailleurs » puissent y trouver une place, leur place.
Les prêtres configurés au Christ par la grâce de l’ordination nous sont donnés comme pasteurs aujourd’hui, pas d’Eglise sans prêtre… rendons grâce et prions pour la fécondité du sacerdoce.

TÉLÉCHARGEZ LE BULLETIN DE LA SEMAINE

AGENDA

septembre

octobre 2020

novembre
LUN.
MAR.
MER.
JEU.
VEN.
SAM.
DIM.
28
29
30
1
2
3
4
Events for 28th septembre
Events for 29th septembre
Events for 30th septembre
Events for 1st octobre
Events for 2nd octobre
Events for 3rd octobre
Events for 4th octobre
5
6
7
8
9
10
11
Events for 5th octobre
Events for 6th octobre
Events for 7th octobre
Events for 8th octobre
Events for 9th octobre
Events for 10th octobre
Events for 11th octobre
12
13
14
15
16
17
18
Events for 12th octobre
Events for 13th octobre
Events for 14th octobre
Events for 15th octobre
Events for 16th octobre
Events for 17th octobre
Events for 18th octobre
19
20
21
22
23
24
25
Events for 19th octobre
Events for 20th octobre
Events for 21st octobre
Events for 22nd octobre
Events for 23rd octobre
Events for 24th octobre
Events for 25th octobre
26
27
28
29
30
31
1
Events for 26th octobre
Events for 27th octobre
Events for 28th octobre
Events for 29th octobre
Events for 30th octobre
Events for 31st octobre
Events for 1st novembre

LIVRET PAROISSIAL 2020

TÉLÉCHARGEZ LE LIVRET

LE DENIER

Aimer son église c’est aussi l’aider à vivre.
FAIRE UN DON