Les Funérailles

On appelle souvent ” messe d’enterrement ” ou messe de funérailles la cérémonie des obsèques à l’église, mais elle ne comporte pas systématiquement d’eucharistie. Si la famille le demande et s’il y a dans l’assistance des personnes qui veulent communier, l’Église célèbre la messe. Les paroisses célèbrent souvent la messe à l’intention du défunt le dimanche qui suit les obsèques. Parfois, elles célèbrent chaque mois une messe pour les morts, ou le 2 novembre, jour de prière pour les défunts.
Les pompes funèbres sont les premiers interlocuteurs de la famille pour l’organisation des obsèques. La 1ère démarche de la famille ou des proches du défunt, c’est, en effet, de prendre contact avec une entreprise funéraire. Cette dernière reçoit la famille et organise le déroulement des obsèques: date, lieu d’inhumation ou d’incinération, puis prend contact avec la paroisse pour valider la date et donner tous les renseignements.
Les pompes funèbres agissent durant les obsèques au début et à la fin de la cérémonie, L’ordonnateur des pompes funèbres accueille les participants, dispose les fleurs sur et autour du cercueil, met en place un registre pour inscrire les noms des personnes présentes qui le souhaitent. (La présence des registres permet à la famille de pouvoir remercier par la suite les amis présents).
Pour la cérémonie proprement dite, c’est la paroisse qui reçoit la famille, c’est le prêtre qui va présider la célébration qui prend rendez vous avec la famille et, au cours de l’entretien, proposera le déroulement et adaptera le rite à chaque situation. Le prêtre suggérera des lectures, des chants ou des musiques, cela, dans un dialogue avec la famille, en tenant compte des désirs exprimés.

La célébration des funérailles en France s’organise ainsi:

  • Entrée de la famille et du cercueil (musique)
  • Temps de la Parole  : lecture d’un texte de l’ancien testament ou des apôtres, chant d’un psaume, lecture de l’évangile et homélie
  • Temps de la Prière : prière universelle, Notre Père
  • Temps du dernier Adieu: encensement, aspersion d’eau bénite, ou autre signe selon les convictions de chacun.
  • Sortie de l’assistance, du cercueil et de la famille (musique)
La participation de la famille, signe d’affection.

L’aspersion d’eau bénite rappelle l’eau du baptême, elle confère une bénédiction, c’est un signe de mort et de résurrection. On ne fait pas d’aspersion d’eau bénite aux obsèques des personnes non baptisées.

Certaines personnes non chrétiennes ne veulent pas faire l’aspersion d’eau bénite aux enterrements pour des raisons de conscience. Elles peuvent faire un geste, par exemple toucher le cercueil, ou s’incliner.

Le rôle de la famille dans les obsèques est important, si elle accepte de participer : allumer les cierges qui entourent le cercueil, lire les lectures, proposer des intentions de prière, donner un témoignage sur le défunt. Cette participation personnalise la cérémonie et donne la possibilité d’exprimer quelque chose en un moment où on se sent impuissant devant ce qui arrive. C’est un dernier acte d’affection ou d’amitié pour le défunt. C’est aussi une étape de deuil qui libère, qui apaise. On peut s’ouvrir à l’espérance chrétienne. On peut ainsi faire de cette heure de peine immense, une heure de prière et d’affirmation de la foi en la vie éternelle, reçue au baptême.