La prochaine Journée Mondiale du Migrant et du Réfugié est célébrée dimanche 29 septembre 2019. Cette 105e journée a pour thème «Il ne s’agit pas seulement de migrants» et se vit dans les Alpes-Maritimes comme journée diocésaine de la Pastorale des Migrants et des personnes itinérantes.

Nous sommes tous invités à participer à cet après-midi festif, en l’église Notre-Dame Auxiliatrice (Place Don-Bosco) à Nice, de 14h à 18h, au cours duquel interviendra le père Carlos Caetano, responsable du service national de la Pastorale des Migrants et des personnes itinérantes. Mgr André Marceau, évêque de Nice, présidera l’eucharistie.

Un temps fort attendu, l’interprétation de «HOME», pièce de théâtre créée par des élèves l’Institut Fénelon de Grasse, des lycéens de l’option théâtre de la section internationale. Ces jeunes se sont inspirés de témoignages sur l’immigration et des réactions suscitées dans toute l’Europe, tout en travaillant sur la notion d’hospitalité, pour mettre au point cette pièce. Au delà du jeu théâtral, «HOME» montre une prise de conscience et de responsabilité face à l’histoire et au sort réservé aux migrants et réfugiés. Ce spectacle a déjà été joué à Grasse, Cannes, Fayence et en Suisse. Elle sera à nouveau interprétée ce 29 septembre à l’occasion de la journée diocésaine des peuples et nations. Sans jugement et avec une vision d’espérance.

«Il ne s’agit pas seulement de migrants» est le thème choisi par le pape François dans son message pour la Journée mondiale. «C’est pourquoi la présence des migrants et des réfugiés –comme, en général, des personnes vulnérables– représente aujourd’hui une invitation à retrouver certaines dimensions essentielles de notre existence chrétienne et de notre humanité, qui risquent de s’assoupir dans un style de vie rempli de confort. C’est en cela que l’expression « il ne s’agit pas seulement de migrants » signifie qu’en nous intéressant à eux, nous nous intéressons aussi à nous et à tous ; en prenant soin d’eux, nous grandissons tous ; en les écoutant, nous laissons aussi parler cette part de nous que nous gardons peut-être cachée parce qu’aujourd’hui elle n’est pas bien vue.»
Le Souverain Pontife explique, en reprenant d’autres de ses interventions, qu’il ne s’agit pas seulement de migrants, mais aussi : de nos propres peurs ; de charité ; de notre humanité ; de n’exclure personne ; de mettre les derniers à la première place ; de construire la cité de Dieu et de l’homme.
«La réponse au défi posé par les migrations contemporaines peut se résumer en quatre verbes : accueillir, protéger, promouvoir et intégrer. Mais ces verbes ne valent pas seulement pour les migrants et pour les réfugiés. Ils expriment la mission de l’Église envers tous les habitants des périphéries existentielles, qui doivent être accueillis, protégés, promus et intégrés. Si nous mettons ces verbes en pratique, nous contribuons à construire la cité de Dieu et de l’homme, nous encourageons le développement humain intégral de toutes les personnes et nous aidons aussi la communauté mondiale à s’approcher des objectifs du développement durable qu’elle s’est donnés et qu’il sera difficile d’atteindre autrement.» Retrouvez l’intégralité du message ICI

La journée diocésaine des peuples et des nations marque l’ouverture du mois de la mission voulue par le pape François : «Baptisés et envoyés, l’Église du Christ en mission dans le monde».