“L’Avent nous invite et nous encourage à contempler le Seigneur présent. La certitude de sa présence ne devrait-elle pas nous aider à voir le monde avec des yeux différents ? Ne devrait-elle pas nous aider à considérer toute notre existence comme une « visite », comme une façon dont Il peut venir à nous et devenir proche de nous, en toute situation ? »

‘‘Lorsque tombe l’hiver et que les jours se font courts, le temps de l’Avent apporte cette sereine et discrète lumière  qui déjà annonce la joie de Noël. La coutume de dresser une « couronne de l’Avent », quatre cierges sur un cercle de rameaux verts, est une belle évocation de ce mystère de l’Avent. Dans certaines familles, allumer une bougie de cette couronne, chaque dimanche de l’Avent, est l’occasion d’un temps de prière. La couronne de l’Avent peut en effet nous dire quelque chose de ce temps précédant Noël. ”
Benoît XVI

Caractéristiques du temps de l’Avent

Le mot vient du latin “adventus” qui signifie avènement. A l’origine c’est un terme grec “parousia” employé dans l’Église des premiers siècles, traduit en latin par “adventus”. On emploie ce mot en grec et en latin pour designer la venue du Christ parmi des hommes à la fois pour l’avènement de sa naissance et son avènement glorieux à la fin des temps. Puis L’Avent est un temps de préparation à Noël. Ce mot est utilisé pour désigner le temps qui précède Noël.

histoire

L’histoire de l’Avent commence dès la fin du IV° siècle. Il existe à Ravenne, en Gaule et en Espagne, une préparation ascétique aux fêtes de Noël. Il y a en Gaule un jeûne de trois jours par semaine. Cela est sans doute lié à la préparation du baptême administré à cette époque à l’Épiphanie. Mais au XIII° siècle en France ce n’était plus appliqué communément. À Rome, l’Avent apparaît dans la seconde moitié du VI° siècle. Il fut réduit à quatre semaines et devint l’attente joyeuse de l’avènement du Seigneur, sans l’observance d’un jeûne. La pratique romaine s’impose en France au VIII° siècle.

Se préparer à célébrer Noël

Sens et origine

C’est un temps d’attente qui comporte plusieurs formes : il nous fait revivre, d’une part l’attente du peuple juif de la venue du messie, l’attente de la naissance de Jésus., d’autre part, l’attente de l’avènement du Christ à la fin des temps. Le temps de l’Avent commence le quatrième dimanche avant le 25 décembre, donc selon les années entre le 27 novembre et le 3 décembre. Le premier dimanche de l’Avent est le début de l’année liturgique.

Les grandes figures du temps de l’Avent

Les grands témoins de l’attente de la venue du Christ sont le prophète Isaïe, Jean-Baptiste et Marie : Le prophète Isaïe exprime l’espérance messianique, il annonce la naissance de l’Emmanuel. Il incarne à la fois la préparation de Dieu et les désirs de l’humanité. Jean-Baptiste annonce la venue proche du messie et il invite à un baptême de conversion pour s’y préparer. Il est le précurseur. Dès son enfance, puis adulte, il désigne Jésus. Marie accepte d’être la mère du messie. Elle est le symbole de l’habitation de Dieu en nous. Jean-Baptiste est une grande figure du temps de l’avent car il est le précurseur.

Différences entre l’Avent et le Carême

L’Avent et le Carême sont deux périodes préparatoires à une grande fête, malgré leur ressemblance, l’Avent et le Carême sont différents. Le Carême est un temps de préparation baptismale et un temps de repentir pour ceux qui ont failli à l’engagement baptismal. Il est marqué par le jeûne et la pénitence. L’Avent est un temps d’espérance et une invitation à être vigilant. Il ne comporte pas de jeûne en occident, mais il souligne l’importance de demeurer en état de veille pour accueillir celui qui est venu, qui vient et qui reviendra.