Accueillir et reconnaître le travail de l’Esprit Saint dans notre vie

Dieu n’attend pas d’abord nos efforts pour agir dans la vie d’un chrétien. Car, au-delà des sacrements, l’Esprit Saint y travaille à sa manière, bien souvent sans que l’on s’en aperçoive. Mais vivre de l’Esprit Saint, invite à se rendre attentif à son action, dans notre vie. Un surcroît d’amour, de joie, de paix, une attention à Dieu comme aux autres peut être un des signes de l’action et de la sollicitude de Dieu dans notre vie. Quand on en prend conscience, on ne peut que remercier Dieu, lui rendre grâce et désirer vivre davantage de l’Esprit Saint que Dieu n’a de cesse de nous donner. « Mais tout ceci, n’est-ce pas trop compliqué pour moi ? » « la vie selon l’Esprit serait réservée à des élites ?»

Non, Dieu n’attend jamais que nous soyons parfaits pour se donner à nous et nous aider à avancer. Qu’y a-t-il à faire alors, pour “amorcer la pompe” ? Il s’agit en fait d’ouvrir son cœur.

Voici quelques exemples :

– Tisser une relation avec Dieu par la prière personnelle. Charles de Foucauld définissait la prière comme « parler à Dieu en l’aimant ». D’autres saints diront qu’il s’agit de parler à Dieu comme un ami parle à son ami, familièrement, et lui faire confiance. On peut, par exemple le soir, remercier Dieu pour ce qu’il nous a donné de vivre dans la journée, lui demander pardon pour ce qui a été manque d’amour et lui offrir ce que l’on connaît de la journée du lendemain.

– Chercher à aimer davantage, en vérité et concrètement, son prochain, celui qui se fait proche de moi, que je l’aime déjà ou que j’aie du mal à l’aimer. Cet “amour vrai” se décline par mille et un gestes ou paroles ou silences. Mère Térésa avait la conviction que les plus petits gestes, même anodins, ont une grande valeur pour le Royaume de Dieu.

– Se savoir appelé au combat et découvrir que l’Esprit Saint est un allié que l’on peut implorer. Quels combats ? Ceux pour aimer davantage Dieu et son prochain comme soi-même ; pour vivre dans la vérité, la justice, la justesse dans les relations, le respect infini de soi-même et de toute personne.

– Aimer l’Église et chercher à vivre en unité avec elle. Malgré l’image qu’en donnent les médias, l’Église ne se réduit jamais à sa hiérarchie, le Pape, les évêques ou les prêtres. L’Église est d’abord le rassemblement de tous les baptisés. Un chrétien confirmé est donc membre de l’Église, Église que le Christ a aimée et continue d’aimer en lui donnant l’Esprit Saint. Il s’agit alors à notre tour d’aimer l’Église, même si l’on a du mal à tout comprendre ou à tout admettre, même si l’on perçoit de graves déficiences dans l’Église du fait des chrétiens. Aimer l’Église comme sa mère : on aime sa mère quoi qu’il arrive, malgré tous les défauts qu’on peut lui connaître.

– Choisir un des fruits de l’Esprit Saint, tel que saint Paul en parle dans la lettre aux Galates (chapitre 5, versets 22-23). Et le demander à Dieu, inlassablement, jusqu’à ce qu’on l’ait davantage obtenu.

LE DENIER

Aimer son église c’est aussi l’aider à vivre.

FAIRE UN DON