Un voeu : la grâce de la prière

 

On peut demander à Dieu tout ce dont on a besoin… Mais Il nous donne l’Esprit-Saint , sa vie en nous, sa force en nous, son existence en nous. Jésus vient habiter définitivement en nous, par son incarnation.

La première chose à demander, c’est donc l’Esprit Saint ? Les épreuves et les souffrances nous permettent-elles encore de tout lui demander ? L’épître aux Heureux nous dit que c’est par ce qu’il a connu lui-même tant d’épreuves et de souffrances qu’il est capable de venir en aide à tous ceux qui sont éprouvés. Il n’y a pas de honte à demander quelque chose à Dieu. On peut même se fâcher contre lui, en l’avouant des choses venant du plus profond de notre cœur, qu’on ne dirait pas à voix haute. Les psaumes en témoignent. L’Évangile dit : « Demandez et vous recevrez », est-ce qu’on reçoit toujours ? Sous une forme qu’on n’imagine pas, on reçoit bien des choses du Seigneur, bien des grâces. On peut demander à Dieu par exemple de nous aider à croire qu’en vérité, il est venu nous sauver par sa miséricorde de tout mal, qu’il nous aime tous tels que nous sommes… S. Jean17 « ils ont cru que tu m’as envoyé, ils ont cru en m’a Parole… »

Peut-on demander à croire, malgré tous les obstacles que l’on rencontre dans sa foi au quotidien, surtout dans notre monde aujourd’hui ? On peut lui demander de venir en aide à tout ceux qui sont très éprouvés. On peut également lui faire part de notre monde qui a besoin de la paix, qui a besoin de grandes choses qui ne sont pas à notre mesure… On a l’impression que le monde parfois s’effondre dans le chaos. Et on se demande si Dieu écoute toujours . De fait, il n’y a aucune réponse à l’énigme du mal. Ce que l’on sait: c’est que le Christ ne répond pas à la question du malheur, mais qu’il vient partager la condition de l’homme en choisissant d’être délibérément du côté des petits, en s’identifiant à tous ceux qui souffrent.

On peut demander de la joie malgré tout… pour nous, et pour les autres… L’Évangile dit de ne pas rabâcher tout le temps comme le font les païens… Faut-il donc arrêter de demander tout le temps ? Rabâcher, signifie qu’il ne faut pas avoir de paroles creuses, et éviter les bavardages dans la prière. Évidemment, Dieu sait ce dont on a besoin ; mais cela n’empêche pas de lui faire encore la demande. Il y a une puissance véritable de l’intersession qui nous parle de l’action de Dieu dans ce monde. Plus on prie et on intercède pour nous-même et pour le monde, plus Dieu nous entend ?

Il y a une force de la prière qui fait partie des forces agissant dans le monde. Toutes nos prières et demandes ne sont donc pas inutiles… En Dieu, il n’y aucune crainte à avoir de lui présenter toutes nos demandes. Nos prière et demandes servent au monde entier. Même si on est seul et qu’on se voit inutile, nos prières servent à quelque chose…

TÉLÉCHARGEZ LE BULLETIN DE LA SEMAINE

LIVRET PAROISSIAL 2020

TÉLÉCHARGEZ LE LIVRET

LE DENIER

Aimer son église c’est aussi l’aider à vivre.

FAIRE UN DON