SERVIR

Sous la responsabilité du curé, un comité de solidarité détermine les orientations des actions d’entraide de la paroisse et gère les finances destinées à ces actions.
Cette solidarité se décline selon trois axes :
Solidarité de Proximité via des groupes paroissiaux.
Solidarité Nationale via des structures nationales (Secours Catholique, Conférence de St Vincent de Paul… )
Solidarité internationale via des actions ponctuelles, principalement à partir des orientations données par le Diocèse (pays en grande difficulté – Cataclysme, Epidémie…)
Le CSP réunit les responsables des Groupes orientés Solidarité de la paroisse, le Curé le préside.

Il est animé par un coordinateur nommé annuellement par le Curé.

En toute collégialité, ce comité examine et hiérarchise les projets qui seront mis en œuvre au cours de l’année et les ressources financières à y affecter. Ceci, en fonction des orientations données par le Curé (+ EAP et Conseil de Paroisse) et des lignes directrices recommandées par le diocèse.

De toutes catégories sociales, de tous âges, vivant les mêmes difficultés et les mêmes joies, des retraités cherchant à révéler la force d’amour que Dieu met au cœur de tout homme, se sont retrouvés pour fonder Vie Montante qui donne naissance au Mouvement Chrétien des Retraités.

Le monde a changé et surtout le rapport de l’Eglise au monde n’est plus du tout le même. C’est pourquoi il faut chercher d’autres manières d’approcher ce monde de plus en plus sécularisé :

Elargir le champ de notre apostolat en allant davantage vers les seniors, les enfants et petits-enfants.

Offrir des espaces de recherche et d’échange.

Affirmer une parole chrétienne non pour dicter une conduite mais pour former des consciences éclairées.

Inventer de nouveaux arts de vivre et en particulier en s’ouvrant à l’œcuménisme et à l’interreligieux.

Voilà quelques aspects que tous les membres du MCR auront à mettre en oeuvre dans les années qui viennent.

Le MCR en pratique

Un groupe existe sur la paroisse
Il se réunit une fois par mois
le 2ème vendredi du mois à 14h30 à St Paul

Responsable: Chantal Gener
contact 06 01 83 26 25
P. Félix Baudoin
06 52 95 74 97

Au Secours Catholique-Caritas France, plus de 67 000 bénévoles et près de 1 000 salariés agissent contre la pauvreté et en faveur de la solidarité, en France et dans le monde.

En tant que service de l’Église catholique qui a pour mission de soutenir les plus fragiles, l’association – créée en 1946 – se mobilise sur le territoire hexagonal et outre-mer et apporte son soutien dans plus de 70 pays et territoires en lien avec le réseau mondial Caritas Internationalis.

Le Secours Catholique s’attaque à toutes les causes de pauvreté, d’inégalités et d’exclusion. L’association interpelle l’opinion et les pouvoirs publics et propose des solutions dans la durée. Elle place au cœur de son action la participation des personnes accompagnées et le renforcement de la capacité de tous à agir ensemble.

Le Secours Catholique prend en compte la spiritualité de chacun et invite à aller à la rencontre des plus fragiles pour construire avec eux une société juste et fraternelle.

Le Secours Catholique près de chez vous

Une antenne locale animée par des  bénévoles, elle soutient l’action en faveur des migrants, en particulier la collecte de vêtement.

permanences: rue André Fossat  (chevet de l’église Ste Jeanne d’Arc)

Sa vocation

Rendre attentive la communauté chrétienne à la présence des personnes malades ou isolées. Etre « éveilleurs » pour rendre d’autres paroissiens attentifs aux malades. Le Service évangélique des malades et personnes âgées est un service paroissial de visite aux personnes malades ou âgées, assuré par des chrétiens bénévoles, regroupés en équipe, avec un responsable.

Sa mission

Répondre aux appels qui lui sont faits de visiter des personnes malades, seules, âgées ou handicapées, sans oublier leurs proches.
Aider ces personnes souffrantes à avoir une place dans la communauté humaine et paroissiale. Sensibiliser la communauté chrétienne à la vie des personnes touchées dans leur santé ou leur grand âge, en les visitant et en priant.

Faire le lien avec d’autres groupes, mouvements, services qui ont aussi une mission auprès de personnes malades, âgées, handicapées (Aumôneries Hospitalières, Pastorale des Personnes Handicapées, solidarités, organismes de la société civile, les maisons de retraite……)

Pour qui ?

Pour toute personne malade, âgée, isolée : à domicile, (y compris au retour d’hospitalisation) Dans les EHPAD, foyers-logements, résidences.

Visiter au nom de qui ? Pour quoi ?

Des chrétiens envoyés par la communauté paroissiale, accompagnent les personnes humainement et spirituellement, dans le respect de la confidentialité et de leurs convictions.

Ils partagent avec les personnes qui le désirent leur foi chrétienne, leur portent la communion ou proposent les sacrements (réconciliation, onction des malades).

Le SEM en pratique

Contacter la paroisse : 11 rue de grammont 06100 Nice
 Tel. 04 93 86 33 07
                 

Des réunions sont proposées à ceux et celles qui visitent les malades et portent la communion:                                       

Échange d’expérience – Formation – Prière.


Le sacrement des malades.                         

Il est donné à ceux et celles qui en font la demande individuellement. Il est aussi célébré une fois par an au mois de février au moment de la fête de Notre Dame de Lourdes.

Le sacrement de l’onction des malades est assez méconnu, souvent associé à l’extrême onction, et par conséquent à tout ce qui touche à la mort et aux questions existentielles de l’homme.  Il a pour but de donner une aide spéciale au chrétien confronté aux difficultés d’une maladie grave ou de la vieillesse. Le chrétien peut recevoir le sacrement des malades chaque fois qu’il est atteint d’une grave maladie. C’est le sacrement de la présence du Seigneur à nos côtés dans les moments d’épreuve que sont la maladie ou la vieillesse. La célébration de ce sacrement consiste en l’onction d’huile bénite sur le front et en l’imposition des mains. Consacrée par l’évêque lors de la messe chrismale annuelle, l’huile dite des malades apporte force et douceur. Elle pénètre la peau, répand sa bonne odeur, fortifie le corps. Voici les mots qui accompagnent l’onction avec l’huile sainte sur le front et dans les mains des malades : Par cette onction sainte, que le Seigneur en sa grande bonté vous réconforte par la grâce de l’Esprit Saint. Ainsi, vous ayant libéré de tous péchés, qu’il   vous sauve et vous relève.  Avec l’imposition des mains, l’onction rappelle l’attention et la tendresse de Jésus Christ envers les personnes malades.

Première association française de développement, le CCFD-Terre Solidaire lutte durablement contre la faim en s’attaquant à ses causes, des plus locales aux plus globales.

Il soutient 697 projets dans 66 pays.

Le CCFD-Terre Solidaire s’appuie sur un réseau de 15 000 bénévoles pour sensibiliser les Français à la solidarité internationale et agit auprès des décideurs pour construire un monde plus juste.

Ses valeurs : Refus de la fatalité de la misère.

Les causes de la misère sont multiples, mais aucune d’elles n’est insurmontable.

Microcrédit, formation, gestion des ressources naturelles, banques de semences, ne sont que des moyens d’accompagner ces hommes et ces femmes sur leur propre chemin.

Nous laissons à chacun ses propres responsabilités.

Un principe guide le CCFD : ne pas faire soi-même, aider ses partenaires de terrain à faire, à réaliser leurs propres projets. Aider à produire plutôt que fournir, c’est une question d’efficacité, c’est une question de respect.

Le CCFD investit dans la première source de richesse du monde: l’humain.

Et elle ne se divise pas, elle se multiplie. Pour que la situation des pays pauvres change, elle doit trouver l’intérêt et le soutien de citoyens éveillés ici.

L’action prend racine dans la pensée sociale de l’Église.

Le Comité Catholique Contre la faim et pour le Développement est né au début des années soixante suite à l’appel à lutter contre la faim dans le monde lancé par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et relayé par le pape Jean XXIII.

Des mouvements et services de l’Eglise catholique déjà engagés dans des actions de solidarité nationale et internationale ont alors décidé de se rassembler pour agir  « sur les causes plutôt que sur les effets » de la faim et sur les points clés du développement.

Aujourd’hui, le CCFD-Terre Solidaire vit au quotidien la richesse des relations avec nombre de partenaires de cultures et de religions différentes.

En apportant des réponses concrètes, le CCFD-Terre Solidaire travaille autour de six grands enjeux :

 La souveraineté alimentaire

 Le partage des richesses financières

 La promotion d’une économie sociale et solidaire

 L’égalité femmes/hommes

 La prévention et la résolution des conflits

 Les migrations internationales

Trois modes d’actions complémentaires :

L’appui à des projets internationaux de développement menés avec des partenaires locaux en Afrique, en Asie, en Europe de l’Est, en Amérique Latine

En France, des actions de sensibilisation et d’éducation à la solidarité internationale, pour bâtir une société mondiale solidaire

Des actions de plaidoyer auprès des décideurs politiques et économiques français, européens et internationaux

Le CCFD en pratique

Il existe sur la paroisse une petite équipe CCFD qui relaie l’information et participe aux actions de carême

Contact : Elisabeth Boiseaux

tel 06 88 90 95 83

Dans l’esprit des tables ouvertes paroissiales initiées par le Secours Catholique

Qu’est ce que c’est ?

C’est un repas fraternel organisé à l’initiative de la communauté chrétienne où sont invités les paroissiens, voisins, personnes isolées, personnes à la rue. Tout le monde !

Préparer, inviter et être invité, faire ensemble

C’est un espace de rencontre fraternelle et d’écoute

Accueillir – Animer – Vivre un moment dans une ambiance familiale.

Le but de ce repas est de tisser du lien social grâce à son animation et grâce à la possibilité pour tous de participer à l’organisation.

Le principe est que les invités puissent devenir à leur tour invitants et participants.

Les enjeux

Être un chemin de foi pour la communauté paroissiale par le service du frère.

Il s’agit pour les paroissiens d’oser aller à la rencontre du Christ présent dans les convives, en acceptant de partager la table

Être chemin de rencontre avec l’Église pour les personnes éloignées de la communauté paroissiale, éloignement qui peut être dû aux diverses formes d’exclusion, à la différence de religion, à l’image de l’Eglise véhiculée par les médias.

Objectifs et description :

L’objectif général est l’expression de la diaconie de la paroisse au service de la fraternité, en d’autres termes, le repas partagé est un espace d’enrichissement mutuel entre les invités et les paroissiens.

Les trois clés de la réussite !

Mobiliser l’ensemble de la communauté paroissiale (paroissiens, services, mouvements, groupes de prières, communautés religieuses, etc…).

La table ouverte ne doit pas être l’affaire de quelques-uns mais de toute une communauté chrétienne élargie.

Inviter très largement à ces tables. Le repas partagé doit ” ouvrir ” la paroisse sur l’extérieur et ne pas se cantonner aux seuls paroissiens et elle doit permettre à tous ceux qui sont les plus en souffrance ou en isolement de s’y sentir bien.

Patience… un lien à construire dans le temps entre les gens. S’apprivoiser, se faire confiance, s’écouter.

Les Repas Partagés en pratique

Une équipe est en charge de la préparation des repas                                              

Contact : Catherine Nardou:

Tel. : 06 67 93 51 84

Agenda

  • Samedi 20 Octobre
  • Samedi 15 Décembre
  • Samedi 16 Février
  • Samedi 27 Avril
  • Samedi 15 Juin
  • Samedi 13 Juillet

La charité, c’est Dieu en nous qui aime le monde

Avant d’être une vertu chrétienne, la charité (agapè) est de Dieu :
« L’amour vient de Dieu, Dieu est amour »
(1 Jn 4,7-8).

Notre charité – notre amour – est participation à l’amour de Dieu « qui a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils » (Jn 3,16),
« lui qui, ayant aimé les siens qui sont dans le monde, les aima jusqu’à l’extrême » (Jn 13,1).
L’amour que magnifie saint Paul dans la première lettre aux Corinthiens est d’abord ce qu’a vécu le Christ, image du Père.
Il nous est proposé de le vivre à notre tour, nous qui avons reçu l’Esprit du Père et du Fils : « L’amour prend patience, l’amour rend service, il ne jalouse pas, il ne plastronne pas, il ne s’enfle pas d’orgueil, il ne fait rien de laid, il ne cherche pas son intérêt, il ne s’irrite pas, il n’entretient pas de rancune, il ne se réjouit pas de l’injustice, mais il trouve sa joie dans la vérité. Il excuse tout, il croit tout, il espère tout, il endure tout. L’amour ne disparaît jamais »

(1 Corinthiens 13,4-8).

Une communauté de religieuses vit sur la paroisse, à l’école Regina Caeli.

Soeurs de la Charité de Ste Jeanne Antide Touret. Elles sont engagées, pour certaines au FOURNEAU ECONOMIQUE lieu d’accueil pour des repas au profit des démunis et des SDF, pour d’autres dans divers services à l’accueil paroissial ou dans d’autres engagements de l’Eglise locale.

« Ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites » (Matt 25,40)